Feeds:
Posts
Comments

L’opposition de gauche au Honduras appelle lundi à de nouvelles manifestations et blocages de routes pour dénoncer la réélection du président Juan Orlando Hernandez, alors que des milliers d’habitants défilent depuis des jours contre le résultat du scrutin. Dimanche, plusieurs milliers de personnes ont à nouveau manifesté contre le « vol » commis selon eux lors du scrutin du 26 novembre, entaché d’accusations de fraudes. « Dehors JOH » (les initiales du président sortant), ont crié les partisans de l’opposant de gauche Salvador Nasralla, en marchant pendant trois kilomètres dans la capitale Tegucigalpa jusqu’à l’ambassade américaine. La chargée d’affaires des Etats-Unis, Heide Fulton, « a donné son aval à la fraude du Tribunal suprême électoral » (TSE), a dénoncé auprès de l’AFP Juan Barahona, dirigeant du parti de M. Nasralla, l’Alliance de l’opposition contre la dictature. La diplomate « est allée dire que les élections étaient transparentes et c’est une fraude tonitruante », a-t-il déclaré lors de la manifestation, dont le cortège était mené par des motards portant pour certains le drapeau rouge et noir du parti de Salvador Nasralla. Dans la matinée, le TSE avait confirmé la légère avance de M. Hernandez, 49 ans, sur M. Nasralla, 64 ans, à l’issue d’un recomptage partiel des voix. Le président du tribunal, David Matamoros, a indiqué que le « résultat est conforme » à celui obtenu auparavant donnant une avance de 1,6 point à M. Hernandez après le recomptage depuis jeudi de quelque 4.753 urnes aux bulletins de votes contestés. « Je manifeste pour mon droit à ce que mon vote soit respecté, c’est moi qui choisis, pas ceux qui ont toujours commandé », a déclaré à l’AFP Antonia Vasquez, commerçante de 51 ans venue défiler contre la réélection du président de droite. « Le peuple a dit non à la réélection, le président est en train de nous donner le mauvais exemple », a-t-elle ajouté, estimant qu’il ne peut rester au pouvoir « par la force ». La candidature du chef de l’Etat était vivement contestée dans le pays car contraire à la Constitution. M. Hernandez s’était prévalu d’une décision favorable du Tribunal constitutionnel pour se présenter à un second mandat.

Advertisements

Découverte du parapente

Avec la canicule qui règne depuis quelques jours, je voudrais présenter aujourd’hui une activité extrêmement rafraîchissante que j’ai pratiquée le mois dernier. C’était un baptême de parapente près de Praluin. Je ne m’y étais encore jamais essayé auparavant, mais je dois admettre que la sortie m’a enchanté : c’est une expérience aérienne à nulle autre pareille ! Toute en silence, où l’on est à l’air libre, et où l’on a sans cesse la sensation de flotter : c’est réellement splendide. Quant au paysage, est-il besoin de le dire ? Il était carrément fabuleux ! Ce vol a cependant eu un étrange effet sur moi. De retour sur le plancher des vaches, je me suis en effet aperçu que là-haut, j’avais oublié le reste du monde l’espace d’un instant. Et c’est assez exceptionnel, pour une personne comme moi ! Dans la vie de tous les jours, je ne cesse en effet de réfléchir. Je pense tout le temps à une foultitude de trucs en même temps. Par exemple, là, je repense aux événements récents. À Pékin qui a fait un pas décisif vers un internet inviolable en établissant une liaison quantique depuis l’espace ; au fait que Valls est parvenu à se faire réélire comme parlementaire ; au fait que l’abstentionnisme soit désormais le premier parti de France. Je pense également à cette crème révolutionnaire qui permettra apparemment, dans un futur proche, de bronzer sans soleil ! Toutes ces réflexions qui me traversent empiètent sans cesse sur le présent. Et même quand j’essaie de ne penser à rien, ces idées continuent à tournoyer dans ma tête inlassablement. Mais avec ce vol, pourtant, j’ai cessé de penser. Dès l’instant où nous nous sommes envolés et où je me suis assis sur la sellette ! C’était comme redevenir un bambin découvrant l’univers et oubliant tout le reste. Bref, si vous avez un jour l’occasion de tester, allez-y les yeux fermés : ça vaut le coup ! Tenez, voilà le site par lequel je suis passé pour ce baptême, si vous voulez creuser la question de votre côté. A lire sur le site de baptême en parapente dans les Pyrénées.

Gérer les eaux

Le drainage décentralisé des eaux pluviales dispose d’un fort potentiel en matière de technologies de « contrôle à la source » permettant de gérer les eaux de pluie à proximité du lieu où l’écoulement se produit. Ainsi, les toits végétalisés ou autres surfaces perméables captent les eaux de pluie avant qu’elles ne s’écoulent dans les rues et sur les trottoirs contaminés. Ces solutions sont en mesure d’atténuer les débits de pointe et de réduire les risques d’inondations urbaines et de pollution, ainsi que les investissements en infrastructures lourdes et en installations de traitement supplémentaires. Elles peuvent attirer les investissements privés en encourageant les promoteurs fonciers et immobiliers à investir dans de nouvelles constructions équipées de systèmes de drainage localisés. Cela peut nécessiter quelques modifications dans les disposions réglementaires, puisque ce sont les règlements locaux qui, en dernier lieu, déterminent le choix final. En revanche, le drainage décentralisé des eaux pluviales ne constitue qu’une solution de retenue temporaire, puisque les eaux de pluie doivent à terme être dirigées vers les réseaux d’égouts. Dans certains cas, les coûts de maintenance des systèmes décentralisés sont plus élevés, mais ces derniers permettent d’améliorer le bien-être des populations, l’absorption de la pollution atmosphérique et la rétention de l’humidité, ce qui participe à la diminution de la température ambiante, réduit l’effet d’îlot thermique urbain, et contribue à terme au verdissement des villes. Les systèmes décentralisés peuvent aussi servir à l’évacuation des eaux de ruissellement des axes routiers. L’expérience acquise en matière de mise en œuvre et d’exploitation de systèmes d’assainissement et de drainage urbain décentralisés augmente. Néanmoins, certains obstacles demeurent, notamment en ce qui concerne les perceptions sociales et les problèmes de réaménagement, même si l’exemple de la ville de Suwon prouve que ces obstacles ne sont pas insurmontables. Le manque de cohérence des politiques peut aussi poser problème, lorsque par exemple le prix de l’eau ne tient pas compte du coût de renonciation lié à l’utilisation de la ressource, ou encore lorsque le risque d’inondation urbaine n’est pas pris en compte dans le cadre de l’occupation des sols ou de l’aménagement urbain. Une autre difficulté vient du besoin de gérer les eaux usées à différents niveaux (des bâtiments individuels à la municipalité tout entière, ou même à des niveaux encore supérieurs). Il est possible de surmonter ces obstacles en optant à la fois pour des campagnes d’information, une approche gouvernementale globale en matière de gestion des eaux usées (qui inclue les politiques, les lois et les règlementations), des modèles économiques pour les services d’eau et l’aménagement du territoire qui tiennent compte des externalités liées à la gestion des eaux usées, et une vision à long terme des défis du secteur des eaux usées et des possibilités en matière d’aménagement urbain.

Le cholestérol optimal est de 160-180 mg / dL. Le cholestérol, bien qu’il ait une mauvaise réputation, sert de nombreux objectifs essentiels dans notre corps. En plus d’être une partie intégrante de nos membranes cellulaires, le cholestérol est également le précurseur ou les blocs de départ de nos hormones stéroïdes. Cela signifie qu’une quantité minimale de cholestérol doit être maintenue afin de maintenir des niveaux sains d’hormones. La lipoprotéine à haute densité (HDL) ou le «bon» cholestérol est optimale à des valeurs de 50-60 + mg / dL. La lipoprotéine à faible densité (LDL) ou le cholestérol “mauvais” est optimale à 80 mg / dL ou au-dessous. HDL s’appelle “bon cholestérol parce qu’il élimine le cholestérol du sang pour être envoyé au foie pour le remballage, l’utilisation ou l’excrétion. composé de molécules de protéines par opposition aux molécules de graisse (comme le nom l’indique). En revanche, le LDL ou le «mauvais cholestérol» circule dans la circulation sanguine et est très susceptible d’être attaqué par les radicaux libres (ou «oxydation») LDL aux parois du vaisseau sanguin, formant des plaques au fil du temps. Bien que la plupart des médecins mettent en évidence les dangers des LDL, la plupart ne réussissent pas à tester la VLDL et d’autres petites fractions de LDL qui ont montré qu’elles constituaient la plus grande menace pour l’accumulation de plaque. Pour en savoir plus sur le test de la plaque et du cholestérol, cliquez ici. Les triglycérides sont un autre type de graisse qui est généralement lue avec le cholestérol. Idéalement, les triglycérides devraient être inférieurs à 80 mg / dL. Les triglycérides s’accumulent car les niveaux élevés de glycémie sont prolongés à long terme et peuvent être un excellent indicateur de la glycémie à long terme pour cette raison. Causes: -Genetics -Diet -L’enfant d’exercice -Obesity -Moking -High blood sugar Symptômes: – Niveaux de lipides sanguins élevés (cholestérol) Suggestions: – Contrôle avancé des lipides – Niacine (vitamine B3) – Omega super Omega 3 EPA / DHA -Policosanol – Casquettes de nourriture de fibre – Extrait de feuille d’ARCHAKOUM – Grenade à spectromètre total – Défense endothéliale avec grenade à spectre complet – Extrait de thé grêle Causes: Le cholestérol élevé est principalement causé par le régime et les choix de style de vie. Alors que le foie influence également ces niveaux, la plupart des individus semblent avoir réussi à corriger leurs problèmes de cholestérol en pratiquant un mode de vie plus sain et des choix de style de vie. Il est important de se rappeler que le cholestérol et les graisses constituent une partie importante de notre composition physique. Nous devons également nous rappeler la différence entre les choix sains et malsains et qui favorisent notre biochimie. L’une des causes les plus courantes d’un taux élevé de cholestérol est d’avoir des triglycérides élevés. Les triglycérides constituent un grand pourcentage de molécules HDL et LDL. Lorsque les niveaux de glycémie sont élevés à long terme, les taux de triglycérides augmentent par conséquent. Donc, une excellente façon de contrôler les niveaux de triglycérides et de cholestérol est de contrôler les taux de glycémie. Cela peut se faire par une combinaison de régime, d’exercice et de suppléments, comme nous en discuterons. Avoir des hormones faibles (principalement de la testostérone) est également considéré comme un facteur causal d’un taux élevé de cholestérol. Comme mentionné précédemment, vos hormones stéroïdes sont directement produites à partir du cholestérol. Si votre corps a de faibles niveaux d’hormones et cherche à les stimuler, on a pensé que le taux de cholestérol est élevé comme la tentative du corps pour atteindre cet état hormonal supérieur. Compte tenu de la thérapie hormonale pour stimuler les hormones respectives (comme la basse testostérone) s’est révélé être une thérapie très utile pour de nombreuses personnes. Souvent, lorsque les individus subissent un taux élevé de cholestérol, ils reçoivent immédiatement des médicaments par les médecins. Alors que les médicaments par statines réussissent (ils bloquent directement la création du cholestérol en bloquant l’enzyme HMG-Coenzyme A), ils bloquent également la production de votre corps de l’antioxydant essentiel CoQ10. Sans CoQ10, les cellules ne peuvent pas créer correctement de l’énergie, et de nombreux effets secondaires tels que des crampes musculaires et des picotements des extrémités (problèmes de nerf) peuvent rapidement apparaître. Afin de vous protéger, il est important que vous preniez la quantité appropriée de CoQ10, si vous choisissez la route des statines. Discutez avec votre médecin de la façon dont CoQ10 peut affecter et protéger votre corps de manière positive. Il existe de nombreuses méthodes alternatives qui peuvent être utiles pour protéger notre corps des niveaux élevés de cholestérol. Demandez-vous, en raison de vos choix de style de vie, l’une des causes probables suivantes de votre taux de cholestérol élevé? La génétique: Les facteurs génétiques peuvent influencer votre foie pour augmenter le taux de cholestérol ou ralentir la dégradation des LDL dans le sang. Régime: La diète a une très forte influence sur les niveaux élevés de cholestérol. Il est important de s’assurer que nous incluons une quantité suffisante de fibres dans nos régimes alimentaires, en particulier ceux qui consomment des régimes plus élevés en graisses. Un supplément peut également être utile pour cela. Limiter les taux de sucre dans le sang est également très important en raison du lien vers des triglycérides élevés. Le manque d’exercice: L’exercice peut être très utile pour augmenter le taux de métabolisme au repos, brûler le glucose plus rapidement et ensuite aider les niveaux de triglycérides et de cholestérol. Obésité: Ceux qui sont obèses sont dans un facteur de risque plus élevé pour avoir des problèmes de cholestérol; surtout lorsqu’il est combiné avec des facteurs malsains de style de vie comme une mauvaise alimentation ou un manque d’exercice. Fumeur: Le tabagisme peut avoir un impact négatif sur les niveaux de HDL tout en favorisant simultanément les LDL pour coller aux parois des vaisseaux sanguins et former des plaques. Une glycémie élevée: L’augmentation du taux de glycémie peut influencer directement les taux de triglycérides. L’hyperglycémie et le taux élevé de cholestérol ont été fortement liés. Symptômes: – Niveaux de lipides sanguins élevés (taux de cholestérol) * Il n’y a pas de symptômes réels d’avoir des taux élevés de cholestérol. La seule façon de vous protéger se fait par un dépistage régulier et par des ajustements de style de vie appropriés. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de l’Agence SEO Lille.

La dimension sociale de l’Europe évolue sans cesse, sous l’influence des choix personnels, de la réalité économique, des tendances mondiales et des décisions politiques. Nous pouvons choisir d’accepter et d’aiguiller le changement, ou être dirigés par lui. Un fossé entre les «gagnants» et les «perdants» des mutations économiques et technologiques peut entraîner de nouvelles inégalités, associées à une menace persistante de pauvreté coïncidant avec de nouvelles formes d’exclusion. Dans une société moderne et solidaire, chacun devrait pouvoir contribuer pleinement et accéder à de nouvelles possibilités d’«ascension sociale» aux différentes étapes de sa vie. C’est une question de justice et de cohésion sociales. C’est tout autant un impératif économique. Une société efficace, confiante et dynamique qui investit dans son capital humain et crée des possibilités permettant à chacun de progresser tout au long de sa vie est essentielle pour garantir la croissance économique, la participation au marché du travail et un niveau de vie satisfaisant, ainsi que pour lutter contre les risques sociaux. Il s’agit également d’une exigence politique. L’établissement d’un climat de confiance est essentiel pour le progrès, la modernisation et l’ouverture au changement. S’il est vrai que l’Europe a une solide expérience à proposer, il n’en reste pas moins que des modèles ou des «solutions» comme ceux-ci ne peuvent pas simplement être transposés ou exportés dans leur intégralité d’un État membre à un autre ayant une situation socio-économique différente, une tradition culturelle différente et un système éducatif différent. Toujours est-il que chaque pays européen poursuit en définitive le même but: créer une société plus juste fondée sur l’égalité des chances. Notre sexe, notre lieu de naissance, notre contexte familial ou notre richesse le jour de notre venue au monde ne doivent pas déterminer notre niveau d’accès à l’enseignement, aux services ou aux possibilités qui s’offrent à nous.

Les personnes séropositives décédées pourront désormais recevoir des soins funéraires de conservation des corps, ce qui leur était interdit depuis 1986, selon un arrêté paru jeudi au Journal officiel. La levée de cette interdiction, qui concerne aussi les personnes décédées atteintes d’hépatites, était réclamée de longue date par les associations de lutte contre le sida. Elle prendra effet le 1er janvier 2018. Les soins de conservation des corps (thanatopraxie), qui visent à retarder le processus de décomposition, consistent en particulier à injecter dans le système vasculaire un produit antiseptique et conservateur à la place du sang. Ces soins étaient jusque-là interdits aux personnes décédées séropositives et atteintes d’hépatites en vertu de deux textes datant de 1986 puis 1998 par crainte de contamination. Selon l’arrêté publié jeudi et signé par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, le sida et les hépatites ont été retirés de la liste des maladies concernées par cette interdiction. « Belle victoire à 3 jours de l’IAS (la conférence internationale de recherche sur le sida, qui débutera dimanche à Paris, ndlr) », a tweeté l’association Act Up Paris. « C’est une grande victoire dans la lutte contre la sérophobie et pour la dignité des personnes séropositives et de leurs proches », a tweeté l’association Aides. « Après 20 ans de combats! Les séropositifs ne sont plus discriminés après leur mort », a réagi le conseiller régional d’Ile-de-France et militant de la lutte contre le sida Jean-Luc Romero, également sur Twitter. Les soins funéraires de conservation des corps restent interdits dans le cas de personnes qui seraient décédées de la maladie de Creutzfeld-Jakob, de tout « état septique grave », de la rage, du choléra ou de la peste. Juste après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, des associations de lutte contre le sida l’avaient interpellé pour lui demander la levée de l’interdiction. « Trente et un ans après son instauration, vous avez, Monsieur le Président, l’occasion de mettre un terme à cette discrimination gravée dans le droit français. Nous vous demandons de la saisir, sans attendre », avaient ainsi demandé Act-Up Paris, AIDES, Sidaction et SOS Hépatites dans un communiqué commun. Ces associations avaient souligné « qu’aucun cas de transmission du VIH à un professionnel des soins funéraires dans le cadre de son activité (n’avait) été rapporté ».

Un voyage pour affaires m’a récemment permis de découvrir le Guatemala, l’un des derniers pays d’Amérique du Sud dans lequel je n’étais pas encore allé. Profitant de quelques heures de liberté, je me suis immédiatement rendu à Izabel pour découvrir Quiriguá. C’est en effet une sorte de rituel qui s’est mis en place au fil des années. Chaque fois que je visite cette partie du monde, j’essaie de visiter un site maya, inca, ou aztèque. Je soupçonne Les mystérieuses cités d’or d’être à l’origine de ce rituel, mais qu’importe : le fait est que j’apprécie toujours autant ces civilisations très éloignées de la nôtre. Lors de cette visite, je suis même allé plus loin dans le rituel, puisque j’ai visité Quiriguá à pied, mais aussi en hélicoptère (voilà ce qui se passe quand on a du mal à dire non à une personne sympathique, qui se trouve comme par hasard avoir une visite guidée en hélico à vous vendre). Bref, Quiriguá, donc. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un site maya doté de certaines des plus belles stèles archéologiques du monde. C’était un centre maya autrefois prospère. Mais pour une raison depuis longtemps oubliée, Quiriguá fut abandonné aux environs du Xe siècle. Les souverains de Quiriguá s’étaient enrichis grâce aux ressources naturelles des environs, dont la plus lucrative était le jade. Le site fut redécouvert par les Européens au XVIIIe siècle et acheté par la United Fruit Company, une société américaine, au début du XXe siècle. Les ruines mayas, qui abritent certaines des plus belles stèles précolombiennes du monde, sont par conséquent entourées… de plantations fruitières. Les plus anciennes des ruines datent de 550 environ (bien que le site ait été habité bien avant encore, d’après ce que j’ai pu comprendre). On sait que le nom de Quiriguá existait dès le VIIIe siècle, car il apparaît sur des sculptures de cette période. Quiriguá jouissait de relations étroites avec Copán, au Honduras, et les sculptures sur pierre des deux sites possèdent des caractéristiques communes. Quiriguá était bien plus petite que Copán et donc considérée comme moins importante, mais la domination de Copán s’écroula au VIIIe siècle, quand son souverain fut capturé par celui de Quiriguá, qui gagna ainsi son indépendance. Les ruines de Quiriguá comprennent une place autour de laquelle se dressent neuf stèles richement ornées, dont la plus grande mesure douze mètres de haut (dont huit au-dessus du sol, le reste étant enfoui). Près de là se trouvent les vestiges d’une pyramide autrefois imposante, une acropole en ruine et des sculptures de pierre qui auraient autrefois formé des autels. Les stèles et les autels sont décorés de figures humaines (certains personnages sont d’ailleurs dotés de barbe, élément inhabituel dans l’art maya ; je n’en avais encore jamais vu, en tout cas) et animales, dont des tortues, des grenouilles et des jaguars. Quiriguá est aussi célèbre pour ses représentations de créatures zoomorphes, en partie animales et en partie humaines. Voilà pour cette brève présentation du lieu. Difficile de retranscrire l’émotion que l’on ressent devant ces constructions bien plus solides que nos immeubles actuels, et qui se dresseront encore quand nos villes ne seront plus que ruines. Le mieux, je crois, reste encore de voir par soi-même. Le vol en hélicoptère, quoiqu’un peu mouvementé, a aussi été la bonne découverte de cette journée. Je retenterai l’expérience, à l’occasion. Suivez le lien pour en savoir plus sur ce baptême en hélicoptère.