Feeds:
Posts
Comments

Archive for July, 2012

A l’occasion d’une conférence de presse, le jeudi 5 juillet, le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) a rendu son rapport final sur l’accident du vol Air France AF447, entre Rio et Paris, dans la nuit du 31 mai 2009. Il met en lumière une série de défaillances techniques et humaines à l’origine du crash dans l’Atlantique Sud de l’Airbus A330-200, immatriculé F-GZCP. Le rapport final confirme que l’obturation des sondes Pitot par le gel est bien le déclencheur de l’enchaînement fatal des évènements. A commencer par la déconnexion du pilote automatique et de l’auto-poussée. Le BEA établit que cette panne “a totalement surpris les pilotes dans le contexte du vol de croisière”. De fait ceux-ci n’ont pas appliqués les mesures conservatoires sur l’assiette et la poussée prévues pour cette situation.

Pour compenser le départ en roulis à droite, dans un contexte de turbulences, le pilote en poste a effectué une action à gauche ainsi qu’une brusque action à cabrer. Les commandes de vol sont alors passées en loi “alternate” (qui ôte certaines protections du domaine de vol), et le pilote a continué ses actions. Perturbé par différentes indications erronées des systèmes de l’appareil, le rapport relève que l’équipage n’a vraisemblablement pas compris sa situation, à savoir “qu’il était confronté à une “simple” perte des trois sources anémométriques”. Ce qui a entraîné sa “progressive déstructuration”. Au bout d’une minute “l’avion est entré dans un décrochage prononcé, annoncé par l’alarme de décrochage et un fort buffet”(vibrations aéro-élastiques), sans que l’équipage n’arrive à appréhender la situation et à la reprendre en main. L’alarme de décrochage en particulier n’aurait pas été prise en compte par les pilotes. Le rapport avance plusieurs hypothèses humaines et matérielles sans trancher.

Le BEA note n’avoir pas trouvé, lors de son enquête, de “trace convaincante” de formation et de maintien des compétences des pilotes pour affronter ce genre de situation. Il met aussi en avant les carences des procédures actuelles qui “montrent les limites du modèle de sécurité actuel”. Le Bureau d’enquêtes et d’analyses a donc émis 25 nouvelles recommandations de sécurité, en plus des 16 déjà publiées. Elles portent sur la formation et l’entraînement des équipages, l’ergonomie de l’avion pour faciliter la compréhension et la réponse de ceux-ci à ces situations imprévues, l’amélioration des retours d’expérience, la surveillance de l’exploitant pour améliorer son efficacité et les procédures de déclenchement des secours et de localisation de l’épave. Les conclusions du BEA sont notamment issues du travail effectué en simulateur de vol après écoute et lecture des transcriptions technologiques disponibles.

Advertisements

Read Full Post »

Mikaël Brageot, 25 ans, l’étoile montante de la voltige aérienne, plus jeune pilote dans les compétitions internationales, rejoint l’escadrille de la marque au « B » ailé. Partenaire privilégié de l’aéronautique, Breitling a contribué à relancer la voltige aérienne et étroitement lié son nom à la compétition de haut niveau en soutenant les meilleurs pilotes acrobatiques. Aujourd’hui, la marque choisit de s’associer à un jeune as de la voltige, l’un des talents les plus prometteurs, affichant déjà un très beau palmarès. Né en 1987, dans le Sud-Ouest de la France, Mikaël Brageot découvre la passion du vol à 11 ans et il devient rapidement l’un des plus jeunes pilotes de France. A 13 ans, il participe à ses premiers championnats nationaux. Le jour de ses 15ans, il décroche ses brevets de pilote et de voltige. A 21 ans, il est sélectionné en Equipe de France et en 2009, il prend part à son premier Championnat du monde. En 2010, il est vice-champion d’Europe Unlimited par équipes. En 2011, il participe pour la deuxième fois au Championnat du monde au sein de l’Equipe de France.

Pilote d’acrobatie professionnel, avec près de 2.000 heures de vol à son actif, Mikaël Brageot se distingue par ses shows au style novateur et dynamique. Il réalise ses performances à couper le souffle aux commandes d’un monoplace dernier cri SBach 300 XtremeAir –le premier avion tout carbone certifié pour la voltige, doté d’une puissance de 330 ch. Instructeur de voltige, il aime également partager sa passion en allant à la rencontre du public et des fans de voltige aérienne. Atteindre les plus hautes marches des podiums nationaux et internationaux, tout en offrant des spectacles hors du commun : un rêve que Mikaël Brageot poursuit désormais aux couleurs de Breitling…

Read Full Post »

Les autorités tchadiennes ont annoncé lundi le retrait du certificat de transport aérien de la compagnie nationale Toumaï Air Tchad après la découverte de “problèmes graves de sécurité” en violation des règles de l’aviation civile. “L’autorité de l’aviation civile a retiré le certificat de transports aérien à la compagnie Toumaï et à deux autres (Sahara aéro services et RJM Aviation basées à Ndjamena) suite à des problèmes graves de sécurité dans l’aviation civile du Tchad”, a annoncé à l’AFP le secrétaire général du ministère des Transports et de l’aviation civile, Mahamat Aware Neïssa. “Toumaï Air Tchad et les deux autres compagnies ne pourront plus faire des vols internationaux puisque selon les conclusions de l’audit de l’Organisation de l’aviation civile internationale, ces compagnies opèrent avec un permis temporaire et sans ‘air operator certificate’. Ce qui pose de graves problèmes de sécurité”, a expliqué Mahamat Aware Neïssa.

Read Full Post »

Nigeria et climat

L’Autorité de l’aviation civile nigériane (NCAA) a publié une circulaire d’information à l’intention des pilotes et des compagnies aériennes dans le pays, sur les dangers posés par les aléas climatiques dans l’espace aérien national occasionnés par la saison des pluies. “Nous sommes à mi-parcours de la saison des pluies, qui est généralement caractérisée par de gros orages, des turbulences qui leur sont associées, des micro-vibrations, des éclairs et des phénomènes de cisaillement du vent à basse altitude. Ces conditions météorologiques peuvent être mortelles pour un appareil à l’approche ou au départ d’un aéroport et ont causé de nombreux accidents mortels dans le monde et dans notre pays”, a déclaré le patron de la NCAA, Harold Demuren, cité dans la circulaire. “Il est par conséquent obligatoire pour les pilotes d’obtenir un résumé météo de l’agence météorologique nigériane, contenant des informations sur les conditions météorologiques au départ, en vol et à l’arrivée. Vous êtes invités à vous conformer strictement aux réglementations en vigueur”, a-t-il ajouté. La circulaire a invité les pilotes à tenir compte des aléas climatiques observés ou prévus et à être suffisamment patients pour attendre qu’ils passent avant de décider de voler. Le crash d’un avion, le 3 juin, dans la banlieue de Lagos, qui a fait 159 morts, a renforcé les préoccupations relatives à la sécurité des agences de régulation, des compagnies aériennes et du public en général.

Read Full Post »