Feeds:
Posts
Comments

Archive for March, 2017

Aérien: conférence de Barcelone

Il y a quelques jours, un meeting à Barcelone m’a permis de suivre le propos d’un intervenant allemand qui décrivait le rapport bancal que peut entretenir la France avec le libre marché. Le reproche fait en France à l’encontre du libre marché dans notre pays tient surtout dans le marché en tant que mécanisme organisationnel. La façon dont se constitue la prospérité dans le cadre du libre marché, qui n’est rarement fondée sur le mérite intellectuel ou social. Ce n’est pas celui qui s‘exprime ou écrit le mieux qui s’enrichit. Qu’il s’agisse d’un baril de lessive ou d’une marque de vêtements : vous connaissez la prospérité si vous êtes capable de prévoir les besoins du « marché ». Mieux encore : même si vous êtes presque illettré, rien ne vous empêche de devenir richissime grâce au libre marché. Il suf?t d’avoir la bonne idée au bon moment et savoir séduire le marché. Et cette idée que le succès dans les affaires est assuré par la popularité) insuffle chez certains de l’amertume. On le devine dans leur réaction supérieure par rapport aux personnes qui se sont enrichies grâce à une combinaison d’efforts personnels et du libre marché. S’enrichir en répondant aux desideratas du marché est perçu comme être en proie au plus affreux des péchés humains : la cupidité. Alors que suivre un projet artistique est considéré comme un tribut au plus respectable des sentiments humains : l’intellect. Le fait qu’un entrepreneur puisse gagner davantage sur le marché du travail qu’un écrivain est vu comme une atteinte à l’ordre naturel. En France, cette réaction est devenue une seconde nature. Presque toute la fine fleur des intellectuels y vilipende « le libre marché ». En hissant la «popularité » au rang de moteur de succès, le libre marché soutiendrait selon eux la « Disneyisation » de notre société, où la culture se muerait en un bourbier purulent de mauvais goût élevé au titre de norme. Mais les préférences individuelles et les cultures sociales évoluent en permanence. Et si l’on refusait ce mixage constant, chacun vivrait encore dans des traditions dépassées. Quand je repense à ce meeting à Barcelone, plus j’y pense, et plus je suis persuadé que c’est cet état d’esprit qui contribue à donner cette image de déclin français à l’étranger.Davantage d’information sur ce séminaire à Barcelone.

Read Full Post »

Le doute n’est plus permis, le froid est bel et bien là. Alors que 12 départements ont déjà été placés en vigilance orange ce dimanche 15 janvier face à la neige, au verglas ou au risque d’avalanches, une vague de froid glacial et sec s’apprête à déferler sur l’ensemble de la France à partir de lundi, a prévenu Météo France. Le froid apporte avec lui son lot de désagréments, on s’enrhume, on est moins en forme, on a moins le moral… Et on attend le printemps avec impatience. Pourquoi ne pas essayer de voir le bon côté des choses? Le froid peut en effet être bénéfique pour le corps et pour la tête, à condition bien sûr de savoir le gérer. Voici quelques bienfaits du froid sur votre corps que vous ne soupçonniez peut-être pas: Dans notre corps se trouvent deux sortes de graisse, ou de tissus adipeux: la graisse blanche et la graisse brune. La blanche est celle qui stocke les calories. La brune, elle, est bien plus facile à éliminer. Elle est notamment sollicitée pour réguler notre température.  Une étude réalisée en 2012 par des chercheurs de l’université de Sherbrooke (Québec), démontrait que le temps froid activait d’une certaine façon la graisse brune. Le simple fait de grelotter un peu pourrait avoir le même effet qu’une activité sportive. En 2014, une étude publiée dans la revue Cell Metabolism allait en ce sens, mais soulignait que la graisse blanche pouvait même se transformer en graisse brune sous l’effet du froid. Il calme la douleur et réduit les inflammations. Ce n’est pas pour rien qu’on met de la glace sur notre peau après s’être, par exemple, foulé la cheville. C’est parce que la chute de température permet la réduction de l’inflammation. Nos confrères du Huffington Post US rapportent une étude de 2011 selon laquelle les températures extrêmes ont plus d’effet sur les athlètes qu’un simple repos pour récupérer après un effort intense. Vous savez ce qu’il vous reste à faire! Tous à la douche froide! “Le froid provoque une vasoconstriction – le diamètre des vaisseaux diminue – suivie d’un effet réactionnel de vasodilatation – les vaisseaux se dilatent – avec une augmentation du débit sanguin. Résultats: la microcirculation est stimulée, les cellules sont correctement nourries et drainées, ce qui permet aux organes d’être bien alimentés”, explique sur Psychologies le docteur Philippe Blanchemaison, angiologue et phlébologue. Les bénéfices sont nombreux, le froid va par exemple prévenir l’apparition de varices. De façon générale, la douche froide est utilisée dans certaines thérapies et est bonne pour la santé. Il rend heureux Vous croyez que seul l’été rime avec bonne humeur? Que nenni! Le raisonnement est simple. Qui dit temps froid dit conditions cycloniques et… ciel bleu. Qui dit ciel bleu dit lumière. Bingo! L’exposition à la lumière a un impact bien connu sur note humeur: elle permet la sécrétion, entre autres, de sérotonine, un neurotransmetteur du système nerveux central qui joue un rôle essentiel dans notre humeur. Autre avantage de l’hiver: certaines études suggèrent que si le temps était toujours le même, on aurait tendance à prendre le soleil pour acquis. Selon Psychology Today, on apprécie d’autant plus le printemps qui revient après avoir un peu souffert en hiver.

Read Full Post »